Espace médecin
rec

Recommandations pour les personnes de retour du Japon

Le Japon est confronté à une crise nucléaire majeure, après le séisme de magnitude 9 et le tsunami dévastateur, qui ont frappé le Nord-Est du pays. Depuis le 11 mars, la centrale accidentée de Fukushima a produit et continue de produire des rejets radioactifs dans l’atmosphère A l’heure actuelle, le risque sanitaire ne concerne que les personnes ayant séjourné dans la zone des 60 km autour de la centrale de Fukushima et prioritairement les enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.

Vous serez peut-être amenés à voir en consultation, des personnes ayant séjourné entre le 11 mars et ce jour au Japon, éventuellement dans une région proche des centrales nucléaires. Ces personnes peuvent craindre d’avoir été exposées à des radiations. Un examen anthroporadiamétrique peut leur être proposé après expertise par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN). Vous pourrez ainsi prendre contact directement avec l’IRSN, aux numéros de téléphone suivants : 01 58 35 84 48 ou 81 33 ou 75 28 ou par mail à Ctc-sante@irsn.fr

En parallèle l’Institut de veille sanitaire (www.invs.sante.fr ) mettra en ligne un questionnaire pour le recensement volontaire des ressortissants français présents au Japon au moment des accidents nucléaires. Nous vous remercions de les en informer afin qu’ils puissent le remplir s’ils le souhaitent.

Enfin, il est rappelé qu’en dehors d’une recommandation explicite des autorités sanitaires, il n’y a pas lieu de prescrire ou de délivrer de l’iode ou des compléments alimentaires en contenant qui sont inutiles voire déconseillés..

Pour en savoir plus : avec http://www.risques.gouv.fr/ et http://www.irsn.fr/FR/Documents/home.htm et http://www.asn.fr/ et http://www.diplomatie.gouv.fr


Les messages "dgs-urgent" sont émis depuis une boîte à lettres ’DGS-URGENT@dgs-urgent.sante.gouv.fr’. Pour vérifier qu’ils ont bien été émis par une personne autorisée du ministère de la santé, consultez la liste des messages, disponible sur le site Internet du ministère. Pour y accéder, https://dgs-urgent2.sante.gouv.fr/d...

Source : DGS / Mission de l’information et de la communication / Département des urgences sanitaires

Publié le 18 mars 2011